header banner
Default

La "Théorie de Pixar" est meilleure que la théorie du complot selon Les Inrocks


Table of Contents

    Et si tous les dessins animés Pixar s’agençaient entre eux pour former une grande fable épique ? C’est la théorie développée par un blogueur américain.

    Élaborée par le blogueur américain John Negroni, The Pixar theory est basée sur l’idée que les films d’animation du studio Pixar seraient au service d’une extraordinaire fable épique, que chacun des films façonnerait par le biais de ses personnages. Si l’on pouvait déjà remarquer quelques petits clins d’œil d’un film à l’autre, comme notamment les jouets de Toy Story dans Là-Haut ou dans Monstres & Cie, on passe clairement à un autre niveau avec la Théorie de Pixar. Et voici ce qu’elle dit.

    Le film d’animation Rebelle servirait de préface, selon le jeune blogueur. D’un point de vue chronologique d’abord, c’est le film d’animation qui se passe dans la période la plus reculée traitée par Pixar, une sorte de Moyen-Âge obscur. Mais surtout, c’est dans Rebelle que l’on nous explique comment et pourquoi les animaux et les objets peuvent avoir des comportements humains. La magie est lancée, symbolisée par la sorcière du film, qui peut humaniser les animaux et insuffler une intelligence artificielle aux objets. Tout peut alors commencer.

    Des siècles plus tard, dans le monde tel que nous le connaissons, où en sont la progression de ces animaux magiques et celle de l’intelligence artificielle ? Dans Ratatouille d’abord, comme l’explique le blogueur américain, où l’on regarde une petite souris tester ses pouvoirs, se liant d’amitié avec un humain et l’aidant à cuisiner avec succès.

    Reste le méchant de Ratatouille, le chef Skinner. Que devient-il? Ayant découvert de quoi étaient capables les animaux en surprenant Ratatouille se prendre pour un chef cuisto, il se pourrait qu’il soit parti prévenir les humains, et que Charles Muntz, le vieux monsieur dans Là-Haut, ait entendu son récit. De cette histoire, lui serait venu l’idée de créer un appareil lui permettant de capter les pensées de son chien : le collier traducteur. L’intelligence des animaux, pouvant surpasser celle de l’homme, est observée. C’est ainsi que l’expose Jon Negroni.

    Dans Là-Haut, le vieux Charles est contraint d’abandonner sa maison aux griffes d’une gigantesque entreprise désireuse d’étendre la ville voisine. Et la gigantesque entreprise coupable de menacer la vie humaine pour une domination technologique et accusée de polluer la planète, dans le monde de Pixar, c’est BnL. La société Buy-n-Large dirige absolument tout dans Wall-E, et a plus de pouvoir que n’importe quel gouvernement (entreprise que l’on retrouve notamment dans Toy Story 3. Coïncidence ?). Rien n’a échappé au blogueur.

    bnl

    Dans Le Monde de Némo, BnL apparaît également, sous la forme d’un journal qui parle de la beauté des fonds marins. Toute la communauté de poissons mise en scène dans ce film, fait preuve d’un potentiel incroyable et d’une organisation rare en partant à la recherche du petit Némo. Et l’animosité entre les humains et les animaux se fait sentir de plus en plus : les humains contrarient le réseau de développement des animaux, et voulant exploiter la mer ou s’en servir à des fins touristiques. C’est l’apparition du petit article de BnL louant la beauté des mers, qui le symbolise, selon le blogueur à l’origine de la théorie.

    Qu’en est-il de l’intelligence artificielle, également introduite dans Rebelle ? Elle commence avec Les Indestructibles. Buddy, le super-méchant du film, est dépourvu du moindre pouvoir. Jaloux et orgueilleux, il part dans une vendetta contre tous les super-héros, et créé alors l’Omnidroïde, un robot intelligent capable de reproduire les gestes des super-héros. L’Omnidroïde finit par se retourner contre son humain de créateur.

    Les animaux accusent les hommes de polluer la terre et de se servir d’eux comme cobayes, mais pourquoi les machines en voudraient-elle aux humains ? La réponse est dans Toy Story. Les jouets se révoltent contre Sid, l’enfant méchant et sadique qui torture ses jouets. Mais les jouets ont besoin des humains pour vivre : recharger leur batterie, remettre des piles. Les machines ont donc décidé de prendre le controle des humains par ce biais (le piles de Buzz l’Eclair sont des piles BnL), en infiltrant BnL, la compagnie dominante et source d’énergie. Place à la révolution industrielle.

    Que reste-t-il après cette guerre ? Des machines. La pollution est partout, la planète terre est devenue trop hostile pour les humains comme pour les animaux. Ils ne peuvent plus y vivre. Dans un ultime espoir de sauver la race humaine, les survivants ont été placé sur le vaisseau Axiom, de Wall-E. Sur terre, Negroni l’écrit, les voitures de Cars règnent seules.

    C’était sans compter sur la fascination de Wall-E pour la race humaine. Après une crise de l’énergie dans Cars 2, rendant de plus en plus difficile aux machines de survivre au milieu de cette pénurie, Wall-E libère les humains et les ramène sur leur planète, qui leur faut se réapproprier. A la fin du film, on voit la dernière graine qui représente la vie végétale, et qui finira par devenir un arbre puissant et colossal. Le même que l’arbre central du monde des 1001 pattes.

    Finalement, humains, machines, animaux et insectes parviennent à vivre en harmonie. Si bien qu’une nouvelle super espèce émerge : les monstres. D’où viennent-ils ? On peut imaginer qu’ils seraient nés des importantes mutations subies par les animaux durant les siècles passés. Ou bien que les humains et les animaux doivent ne former plus qu’un pour survivre. Quoiqu’il en soit, comme dans Monstres & Cie et le tout récent Monstres Academy, cette nouvelle espèce est civilisée.

    Les humains (les cris des enfants effrayés plus précisément) sont une nouvelle fois la source de l’énergie de ces monstres, comme ils le sont des machines.

    Boo, la petite fille de Monstres & Cie s’en rend compte, mais veut en savoir plus sur ce monde qui se dérobe derrière la porte de son placard. Qui sont ces montres qui deviendront ses amis ? Où disparaissent-ils quand ils rentrent dans sa penderie ? Elle réalise que la clé de l’énigme, c’est la porte, toutes ces portes d’armoires ou de dressings qui connectent les différentes dimensions entre elles.

    Boo est la sorcière de Rebelle. On a là la majeure révélation un peu wtf qu’explique Jon Negroni sur son blog, dans l’expostion de sa « Pixar Therory ». C’est de Boo que l’histoire est née, grâce à la magie. Boo, en tant que sorcière, veut tout faire pour retrouver son monstre Sully, et cultive ses pouvoirs pour créer des portes en bois qui permettraient de voyager dans le temps et l’espace. Cette image, tirée du film Rebelle, pour les plus dubitatifs :

    C’est bien Sully, le gros monstre bleu, gravé sur le bois dans l’atelier de la sorcière. Et ce sont bien tous les films les plus cultes de Pixar, qui se réunissent pour former une histoire incroyable.

    Sources


    Article information

    Author: Elizabeth Young

    Last Updated: 1704137761

    Views: 974

    Rating: 4.6 / 5 (99 voted)

    Reviews: 82% of readers found this page helpful

    Author information

    Name: Elizabeth Young

    Birthday: 1926-06-30

    Address: 402 Richardson Groves, Brownside, KS 84916

    Phone: +4304344140502160

    Job: Physiotherapist

    Hobby: DIY Electronics, Surfing, Quilting, Dancing, Cycling, Playing Chess, Camping

    Introduction: My name is Elizabeth Young, I am a honest, Gifted, radiant, bold, valuable, enterprising, capable person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.